Jours de colère

1936. Alors qu’une génération s'engage dans l'âge mur, l’autre commence dans la vie, comme les petits-enfants de Thomas Picard, ceux nés d'Édouard et d'Eugénie.

Thomas junior oscille toujours entre l’admiration et le mépris envers son père absent. La solitude semble être son lot. Les trois enfants de Fernand Dupire entament des études supérieures cet automne-là. Si Antoine accepte d’embrasser le notariat, Béatrice rêve d'être psychologue, peut-être pour surmonter son manque d’assurance. Interpellé par la situation politique du moment, Charles se passionne pour tous les nouveaux mouvements politiques.

Car la crise économique pèse toujours sur le Québec. Les étudiants et les jeunes diplômés se désespèrent de l'absence de perspectives de carrière. Ils cherchent leur salut dans de nouvelles organisations politiques. Comme rien ne bouge, on les retrouve par milliers dans les rues, à scander leur colère et leurs espoirs.

Et Thalie? L’amour d’un homme, sa passion pour sa carrière et le conformisme moral de la société ambiante lui semblent désespérément irréconciliables. Et puis elle aussi, à sa façon, voudrait alléger la misère environnante. Par exemple, au lieu de jeter une multitude d’enfants dans la misère et même la mort, elle aimerait pouvoir aider les femmes désireuses d’«empêcher la famille», mais les risques encourus pour une telle démarche s’avèrent des plus graves.