Première personne du singulier

Toute existence peut s'achever sur un choix impossible et tragique, si terrifiant qu'on donnerait tout pour l'éviter. Dans les nouvelles réunies ici – Un fanal arrière qui s'éteint – Carrefour 54 – Le Naufrage du lieutenant Wells – Le Train de six heures quinze –, Flaherty le vieux marin, le sous-lieutenant Vernaud, Wells l'idéaliste égaré, les résistants Madeleine et Pierre-Joseph, vivent les plus radicaux de ces choix ultimes. Ils les affrontent seuls, à la première personne du singulier. Avec ce sens du tragique qui permet de surmonter toutes les épreuves.
Écrivain, aviateur et marin, Patrice Franceschi partage sa vie entre écriture et aventure. Ses romans, récits, poésie ou essais, sont inséparables d'une existence engagée, libre et tumultueuse, où il tente " d'épuiser le champ du possible ".